2017 – Neurohumanities conference

Chers collègues, chers amis,

Nous vous invitons chaleureusement à la journée d’étude « Automaticité et immersion, entre neurosciences, art et philosophie », qui se tiendra le mardi 13 juin 2017, de 14h à 18h15, à l’Institut du monde anglophone de la Sorbonne Nouvelle (5, rue de l’École de médecine, Paris).

Cet événement est ouvert à tous.

PROGRAMME

14h – 14h50 : Alessia Pannese

Institut d’études avancées de Paris

Philosophical and neurophysiological considerations on automaticity /

Considérations philosophiques et neurophysiologiques sur l’automaticité

 

14h50 – 15h40 : Cassou-Noguès, S. Degoutin, G. Wagon

Université de Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis

Welcome to Erewhon

 

15h40 – 16h : Pause

 

16h – 16h50 : Etienne Armand Amato & Etienne Pereny

Laboratoire DICEN-IDF/UPEM & IDEFI CreaTIC, Université Paris 8

Étudier l’immersion avatariale et l’automaticité corporelle : « Devenez avatar », un dispositif expérimental de recherche multi-disciplinaire

 

16h50 – 17h40 : Bruno Trentini

Université de Lorraine

La puissance immersive : entre automaticité et écomaticité

 

17h45 : Discussion

18h15 : Cocktail

 

RÉSUMÉS

 

Alessia Pannese

Institut d’études avancées de Paris

Philosophical and neurophysiological considerations on automaticity / Considérations philosophiques et neurophysiologiques sur l’automaticité

Je présenterai mon travail sur le contrôle de soi, c’est-à-dire la faculté à réguler et dépasser ses propres pensées, émotions et actions en les subordonnant à la poursuite d’objectifs supérieurs. Le contrôle de soi est habituellement étudié en termes de fonction exécutive consciente. Les notions philosophiques antiques et les neurosciences empiriques contemporaines suggèrent cependant qu’une grande partie du comportement humain n’est pas délibérée, mais repose plutôt sur des processus automatiques et inconscients. Mon projet s’est fixé comme objectif d’enquêter sur la relation entre les aspects conscients et automatiques du contrôle de soi dans une perspective interdisciplinaire.

Après des études en droit (laurea, Rome) et en médecine vétérinaire (laurea, Pérouse), Alessia Pannese s’est formée en tant que chercheuse en neurosciences vétérinaires (MPhil, Cambridge) et humaines (MA, MPhil, PhD, Columbia), tout en poursuivant une formation parallèle en littérature et arts (MSt, Oxford). Avant de rejoindre l’IEA de Paris en tant que résidente EURIAS, elle a été chercheuse au King’s College London (en médecine expérimentale clinique sur l’addiction à l’héroïne), à l’Université de Genève (en tant que boursière Marie Skłodowska Curie), à l’Université Columbia (en tant que Science Fellow), à l’Académie italienne pour les études avancées en Amérique (en tant que Art & Neurosciences Fellow) et à l’Université de Cambridge (en tant que Wellcome Trust Fellow).

 

Cassou-Noguès, S. Degoutin, G. Wagon

Université de Paris VIII – Vincennes-Saint-Denis

Welcome to Erewhon

A propos d’un projet de film en cours, les trois intervenants discuteront de l’hypothèse d’une autonomie des machines comme hypothèse de fiction. C’est bien dans une fiction, à l’intérieur même de son roman Erewhon que Samuel Butler la met en scène. Les machines posséderaient une autonomie propre, une sorte de vie, à laquelle les humains contribueraient comme les abeilles contribuent à la reproduction de certaines fleurs, et cela bien que les machines n’aient pas la vie au sens où l’ont les animaux, ni la conscience à la façon des humains. Cette hypothèse de fiction permet-elle, comme elle devait le faire pour Butler, de mettre en lumière des aspects inaperçus de notre rapport aux machines, des points où la relation à la machine devient aberrante ?

Pierre Cassou-Noguès est professeur de philosophie à l’université Paris 8. Son travail concerne l’histoire de la philosophie en France et les relations entre imaginaire, raison et techniques. Il a notamment publié La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre de son temps (Flammarion, 2013), Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener (Seuil, 2014), Métaphysique d’un bord de mer (Cerf, 2016)

Stéphane Degoutin est un artiste, écrivain, chercheur. Il conçoit des dispositifs artistiques, des textes théoriques, des lieux. Il réalise de nombreuses installations vidéos, des pièces filmiques, sonores en France et à l’étranger. Il est l’auteur du blog « Propositions / spéculations », co-fondateur du collectif NogoVoyages, auteur de « Lost in Créteil », co-auteur des installations en ligne « Googlehouse » et « What Are You ? », auteur de l’essai Prisonniers volontaires du rêve américain et de la structure de massages « Here is where we meet ». ll enseigne à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. 

Gwenola Wagon est artiste et maître de conférences dans le département arts plastiques de l’Université de Paris 8. Elle collabore au sein de TEAMeD. Elle réalise des projets d’installations, de performances et de films exposés en France et à l’étranger comme GlobodromeCyborgs dans la brume et World Brain. Comme commissaire d’exposition « Voyages dans les données du monde », « Média médiums » et « Haunted by Algorithms » avec Jeff Guess.

 

Etienne Armand Amato & Etienne Pereny

Laboratoire DICEN-IDF/UPEM & IDEFI CreaTIC, Université Paris 8

Etudier l’immersion avatariale et l’automaticité corporelle : « Devenez avatar », un dispositif expérimental de recherche multi-disciplinaire
La situation classique dans les jeux vidéo consistant à piloter un avatar filmé de dos dans un univers 3D temps réel met en œuvre des mécanismes de modélisation comportementale et de semi-automaticité, en raison d’un avatar programmé pour à la fois obéir à l’utilisateur et pour agir par lui-même. En étroite collaboration avec Alain Berthoz, neurophysiologue, a été mis au point le dispositif « Devenez avatar » qui plonge le sujet dans un monde numérique immersif et le met en situation avatariale, car il se voit agir en lieu et place de l’habituel avatar de synthèse en étant restitué dans le monde sous la forme d’une image de sa propre personne filmée de dos, forme que nous appelons « avatar autoscopique ». Ainsi, la suppression pure et simple du caractère automatique du corps immergé permet d’étudier une situation de feedback visuel intensifiant l’identification et l’immersion, pour mieux comprendre en creux les propriétés des avatars classiques.

 

Bruno Trentini

Université de Lorraine

La puissance immersive : entre automaticité et écomaticité

Les expériences immersives altèrent la fluidité habituelle des associations perceptives en proposant des configurations ponctuellement plus pertinentes. Il est remarquable de constater à quel point et avec quelle facilité apparente les processus cognitifs – notamment de perception et d’action – semblent se reconfigurer. Pourtant, ces modifications doivent être pensées comme une adaptation au milieu au moins autant que comme une réponse spontanée de l’organisme. Ainsi, la puissance immersive évolue entre automaticité et écomaticité. Une étude de l’immersion s’appuyant sur le cadre de la théorie écologique de James J. Gibson et sur le paradigme de la cognition située permet de voir l’immersion comme la constitution de l’illusion de réalité. Cette proposition entend en quelque sorte dessiner une tentative de naturalisation de l’immersion. Une fois cette première hypothèse formulée, l’expérience esthétique de l’immersion peut être décrite comme une articulation entre des dispositions naturelles et des acquis culturels. Ainsi, la possibilité d’éprouver une expérience esthétique propre à l’immersion proviendrait de la ténacité – quant à elle sans doute non naturalisable – de la construction culturelle et illusoire que le monde est tel qu’il est perçu.

Bruno Trentini est MCF à l’université de Lorraine où il enseigne l’esthétique. Ses recherches, menées au laboratoire Écritures, étudient l’expérience esthétique en mettant l’accent sur sa dimension incarnée et physiologique. Son intérêt plus général pour l’esthétique cognitive l’a amené à réfléchir à l’immersion dans un cadre théorique à la fois phénoménologique et naturaliste. Il est également directeur de publication de la revue Proteus – cahiers des théories de l’art.

 

Cette journée est organisée par le groupe [Sciences/Littérature] de la Sorbonne Nouvelle, grâce au soutien du pôle 19-21 du laboratoire PRISMES (EA 4398).

Pour vous inscrire à la liste [Sciences/Littérature], adressez un message électronique à liliane.campos@sorbonne-nouvelle.fr ou à pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr.