2015

PROGRAMME 2015 : VIRUS ET PARASITES

Nous avons le plaisir de vous annoncer la reprise du séminaire « sciences et littérature », qui se tiendra cette année de mars à juin. Nous continuons à travailler sur les représentations de l’organisme dans les sciences naturelles et en littérature, en 2015 autour du thème « Virus et parasites ».

Le séminaire se penchera cette année sur le rôle joué par la viralité et le parasitisme dans l’imaginaire littéraire des XXe et XXIe siècles. Alors que les recherches sur les virus et le parasite mettent en crise les catégories fondamentales de vivant, d’espèce et d’évolution, comment cette transformation épistémologique résonne-t-elle dans la littérature, qui nourrit en retour les discours scientifiques et leurs manières d’appréhender le monde? Nous tenterons de répondre à ces questions en explorant, au-delà de leur dimension pathologique, la viralité et le parasitisme comme modèles de relation entre différentes formes de vie, biologiques, textuelles et sociales.

 

Institut du monde anglophone : 5, rue de l’École de médecine, 75006 Paris

 

3 mars, 17h30 – 19h30 (petit amphi) : Le microbe dans tous ses états

Réflexion sur le microbe en biologie et en littérature avec Catherine Larose, microbiologiste au CNRS et Caroline Bertonèche (Grenoble 3), spécialiste de littérature anglaise. Cette séance sera également l’occasion d’un cadrage du nouveau thème du séminaire, « Virus et parasites ».

 

7 avril, 17h30 – 19h30 (petit amphi) : Le virus de l’arctique: John Franklin, Margaret Atwood et William T. Vollmann

Communication donnée par Catherine Lanone (Paris 3), discutante: Sarah Bouttier (Université de Stockholm).

Au dix-neuvième siècle, l’Angleterre a le virus de l’arctique: l’exploration devient une passion nationale, l’information se dissémine dans les journaux, de l’Europe à l’Amérique, bien avant nos vidéos virales d’aujourd’hui.  La disparition de l’expédition de 1845 fait de Franklin un mythe;  au 20ème siècle elle devient la métaphore d’un processus de contagion, comme dans la nouvelle de Margaret Atwood où la télévision diffuse les images de la découverte de la contamination de l’équipage par le plomb; le roman de Vollmann, labyrinthe post-moderne, s’inspire également de ces analyses médico-archéologiques  des vestiges, pour délocaliser le virus, vers l’intrusion de la « modernité » des Blancs et le mode de vie contaminé des Inuit aujourd’hui.

 

13 mai, 17h30 – 19h30 : « William Burroughs, writer of Blade Runner, A Movie. »

Communication donnée par Thierry Bardini (Université de Montréal).

 

2 juin, 17h30 – 19h30 : « Artistes parasites »

Communication donnée par Anna Watkins Fischer (Cornell University).

 

Nous vous convions également à une séance spéciale du séminaire, hors-thème, consacrée aux neurosciences :

1er juin, 13h – 18h :  « Inner space / inner speech »

Séance spéciale neurologie, littérature et linguistique, en collaboration avec le groupe « Monologuer » de Paris 7

Communications de Deborah Jenson (Duke University), Hélène Loevenbruck (CNRS), Grazia Pulvirenti (Université de Catane), Roberta Tucker (University of South Florida) et Jean-Michel Caralp (Toulouse).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *